Le chrétien doit-il être tarte ?


 


Lc 6, 27-38 Jésus déclarait à la foule : « Je vous le dis, à vous qui m’écoutez : Aimez
vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent. Souhaitez du bien à ceux
qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous calomnient. A celui qui te frappe
sur une joue, présente l’autre. A celui qui te prend ton manteau, laisse
prendre aussi ta tunique. Donne à quiconque te demande, et ne réclame pas à
celui qui te vole.
« Ce que vous voulez que les autres fassent pour vous, faites-le aussi pour
eux. Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle reconnaissance pouvez-vous
attendre ? Même les pécheurs aiment ceux qui les aiment. Si vous faites du bien
à ceux qui vous en font, quelle reconnaissance pouvez-vous attendre ? Même les
pécheurs en font autant. Si vous prêtez quand vous êtes sûrs qu’on vous rendra,
quelle reconnaissance pouvez-vous attendre ? Même les pécheurs prêtent aux
pécheurs pour qu’on leur rende l’équivalent.
« Au contraire, aimez vos ennemis, faites du bien et prêtez sans rien espérer
en retour. Alors votre récompense sera grande, et vous serez les fils du Dieu
très-haut, car il est bon, lui, pour les ingrats et les méchants. Soyez
miséricordieux comme votre Père est miséricordieux. Ne jugez pas, et vous ne
serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés. Pardonnez,
et vous serez pardonnés. Donnez, et vous recevrez : une mesure bien pleine,
tassée, secouée, débordante, qui sera versée dans votre tablier ; car la mesure
dont vous vous servez pour les autres servira aussi pour vous. »

Aujourd’hui je reprends quelques pérégrinations spi avec St Luc qui nous propose un méga programme digne d’un
club med gym spirituel : va falloir s’accrocher.Ce texte vient après celui des Béatitudes qui est lui aussi un sacré programme, mais nous y reviendrons une autre fois. Là on se concentre sur le « aimez vos ennemis » et autres « tendez l’autre joue »


Bon c’est vrai que c’est bien gentil ça comme programme,
blabla aimez surtout ceux que vous n’aimez pas, tendez l’autre joue, prêtez à
ceux dont vous n’êtes pas sûrs qu’ils rendront. Notez à cet égard que les
inventeurs des subprimes pourraient être considérés comme des supers chrétiens
car dans un premier temps ils ont prêté à tour de bras en sachant pertinemment
que la personne en face ne pourrait pas vraiment rembourser. Là où ça a été
moins chrétien c’est d’avoir transformé ces dits prêts en produits financiers
pourris qui ont fini par nous mettre tous dedans (la Crise expliquée en deux
lignes : ça c’est du méga raccourci).


Bref, sur le fond, qui ne serait pas d’accord avec Jésus
hein ? Qui n’aurait pas envie d’un monde de paix et d’amour, surtout que
cette année on a fêté l’annif de Woodstock. Bref, 2000 ans de peace and love
que l’on veut tous. OK. Ceci dit, entre
le saint-en-devenir complètement béat qui tend l’autre joue après avoir reçu
une baffe et prie pieusement pour tous ceux qui font du mal en ce bas monde et
euh….disons, la réalité, il y a un sacré fossé sur lequel nous sommes tous
funambules.


Parce que oui, moi aussi je suis appelée à la sainteté
(depuis mon baptême, si si..). Mais entre ce que me dit Jésus dans ces propos
rapportés par St Luc et ma vie, non seulement je n’y arrive pas souvent, mais,
soyons réalistes, je n’en ai pas envie de peur de me faire un peu trop marcher
sur les pieds et être la conne de service because il y aurait inscrit
« catho » sur mon front.

Mais là on nous demande de passer de l’ordre du
« normal », à savoir être gentil et poli avec les gens qui sont
gentils et polis « dis merci à la dame », à des actes complètement
gratuits qui vont au-delà du normal. Finalement c’est passer d’une situation
égalitaire en se mettant au niveau de la personne (tu es gentil, je suis
gentil, tu es qu’un pauv’type avec moi, je suis qu’une garce avec toi), à une
situation inégalitaire où je domine l’autre en amour. Enfin, ce n’est pas moi qui domine mais Dieu. Oui je sais ça
a l’air pompeux comme ça, mais si je fais un effort dans le bon sens, je peux
en prendre une partie des lauriers, mais je ne peux pas tout prendre car toute
cette charité m’est inspirée par Dieu et remplit in fine le dessein divin du
Royaume de Dieu, sur la terre, ici et maintenant, par nous, grâce à nous, pour
nous. Bref, les Béatitudes, c’est à nous de les bâtir.

Je suis admirative de toutes les personnes qui arrivent à
passer justement à ce stade du Monsieur Plus. Je suis admirative de voir à quel
point elles arrivent à mettre leurs pas dans ceux de Dieu. Cela me semble
d’autant plus héroïque que, ne nous voilons pas la face, on aurait une bonne
dizaine d’opportunités chaque jour de faire des crasses aux autres plutôt que
de tendre l’autre joue. Est-ce pour autant que l’on doit virer complètement
tarte et se laisser marcher sur les pieds ? Non je ne crois pas…


Je me dis aussi que si je n’y arrive pas, je ne vais pas me
fouetter non plus. Par contre prier et demander à Dieu de me donner plus de
charité pour la distribuer autour de moi, ça serait pas mal. Prier et agir
puisqu’après c’est à moi, à nous de jouer.

Tellou

Le blog culinaire et spirituel d'une expat au Moyen Orient.

Vous pourriez également apprécier :

Un commentaire

  • franck
    19 septembre 2009 at 11:39

    Merci pour ce commentaire de l’évangile de Luc.
    Vivement les beatitudes

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Choose your language

Angel Cake

Le blog spirituel et culinaire d’une fille catho, féministe, qui cuisine, et qui a la bonne idée d’être expat sur la péninsule arabique.

S'abonner au blog...

...pour recevoir les derniers articles dans sa boite mail

Instagram

Instagram
Instagram
Instagram
Instagram
Instagram
Instagram

Me suivre...

Ici aussi…

Translate »