Baptême, sacrements contre bon comportement? ça m’éneeeerve….




Dans la série « la religion catho passe encore pour
nulle, décalée etc… » nous avons cette semaine le cas de ce prêtre en
Loire Atlantique
qui refuse de baptiser un enfant parce que la grande sœur,
déjà baptisée, n’est pas éduquée dans la foi catholique (ne va pas au
catéchisme). Si la première ne suit pas le catéchisme et si les parents n’en ont
rien à faire, pourquoi baptiser le second enfant ? La question est tout à
fait légitime et peut se comprendre. Ne jetons pas la pierre à ce prêtre. D’autres
refusent certains mariages, d’autres de donner la communion à des divorcés etc…
Dans la religion catholique nous sommes intègres et agissons en conscience. Si
ces prêtres pensent que ce serait aller contre leur propre conviction et leur
fonction et qu’ils refusent de donner le sacrement pourquoi pas ? C’est en
gros, ce que soutient Mgr Dubosc qui demande que l’on soit vrai et cohérent
comme l’Eglise l’est. Cecit dit je pense que l’on peut être vrai, tout à fait vrai, vouloir et croire en l’Eglise catholique, une et indivisible sans pour autant être à l’aise dans les pratiques rituelles et les enseignements donnés. C’est la forme qui pêche, pas le fond.


Peut-on éduquer ses enfants sans passer par le catéchisme ?
Fort probablement ! (Personnellement, quand je vois les énormités que l’on
m’a enseigné au caté, j’aurais mieux fait de ne pas y mettre les pieds). Est-ce
que l’on a besoin de pratiquer régulièrement pour être estampillé « bon
catho » et avoir accès aux sacrements ? Les sacrements ne sont pas
des droits octroyés par l’Eglise et leurs prêtres, qui sont, rappelons-le, leurs serviteurs ! Ils sont des actes de foi de personne voulant être en
Dieu, par le Baptême, par le mariage, la confirmation, le sacrement des
malades, le sacrement de réconciliation et éventuellement le fait d’entrer dans
les ordres.C’est un acte de foi, un acte qui dit « oui Dieu j’ai envie de te connaître, j’ai envie que tu sois dans ma vie ». Ce n’est pas un label. Nous ne sommes pas des poulets de Bresse AOC.

Quelle personne peut être juge de la manière de pratiquer d’une
famille, d’une autre personne ? Qui peut être juge sur terre de notre
relation à Dieu ? Qui peut dire que la graine semée lors d’un sacrement ne
pourra s’épanouir parce qu’elle n’aura pas poussé dans les plates-bandes
cléricalement bêchées ? Qui peut dire la manière dont Dieu s’adressera à
chacun de nous, pratiquant ou pas ?

Il est certainement vrai que des sacrements ont été accordés
pour de mauvaises raisons : baptiser un enfant pour éloigner le Malin (c’est
déjà ça de gagné, on ne sait jamais), se marier pour faire plaisir à mémé et à
tata Fernande etc… Mais c’est justement là que le dialogue entre le prêtre ou
les laïcs qui préparent les familles aux sacrements est important pour discerner
la raison profonde de la demande de sacrement. Et sans jamais, ô grand jamais
sous-estimer « la foi du charbonnier ». Eh quoi ? Un prêtre en
saurait plus sur la foi qu’une personne qui croit mais a du mal à mettre des
mots, à exprimer ce qu’il vit au plus profond d’elle ?

Pour moi la question n’est pas de savoir si oui ou non on
laisse des parents baptiser leurs enfants, si on obtient la caution de leur bonne
pratique et s’ils donnent un enseignement catholique à leurs enfants. Pour moi
la question est de déterminer quel est le désir profond des gens et pourquoi
ils veulent s’engager dans une démarche sacramentelle. Et oui, on peut croire,
on peut avoir une relation intime avec Dieu, en Dieu, sans pour autant mettre
les pieds au caté ou dans une église. Si vraiment l’institution cléricale veut
voir les gens au caté ou dans les églises après les sacrements, qu’elle se pose
peut-être la question non pas de la foi des baptisés, mais de la manière dont
elle aide à entretenir cette foi!

Un édito du journal La Croix que je trouve très juste….C’est ici!

Tellou

Le blog culinaire et spirituel d'une expat au Moyen Orient.

Vous pourriez également apprécier :

5 commentaires

  • geneviève
    24 février 2009 at 22:21

    Pardon mais…
    D’un prime abord: difficile de me prononcer. Parce que je comprends la famille, parce que je comprends le prêtre. Je pense sincèrement que si faire baptiser son enfant est vouloir lui donner la Vie d’enfant de Dieu, on veut aussi lui permettre de rencontrer et de découvrir qui est son Fils en l’inscrivant au « caté ». Je pense sincèrement que si on veut donner l’image d’une Eglise ouverte et accueillante refuser le baptême d’un jeune enfant c’est moyen faible… Bref: je vais quand même réagir en bonne chrétienne, c’est à dire sans langue de bois. Dire mon enfant choisira plus tard… ok. Alors il peut aussi choisir le baptême plus tard. Là, je pense que les parents d’aujourd’hui l’ont un peu trop facile pour se trouver des excuses. Je viens de recevoir le coup de téléphone d’une jeune maman dont l’ainée des filles sera baptisée pendant la vigile pascale. Laurine souhaite que je sois à ses côtés demain matin pour la deuxième étape sur son chemin de baptême. Je suis animatrice Mej (mouvement eucharistique des jeunes)Laurine a fait parti de notre équipe l’an dernier. Elle n’était pas baptisée, elle suivait le caté, elle venait au Mej. Elle n’a pas hésité à convaincre ses parents. Croyez-moi: pas facile pour un petit bout de 9 ans! Mais elle a choisi du début à la fin. Je ne suis pas pour les demi-mesures. Je comprends un parent qui ne souhaite pas choisir pour son enfant. Mais c’est une démarche qui devrait s’inscrire alors du début à la fin! Je conclue en regrettant qu’une fois de plus l’Eglise soit la cible des journalistes, qui soit dit en passant, ne font pas la une de leurs journaux pour des problèmes internes chez les musulmans, les juifs ou autres… Toujours et encore l’Eglise catho… Et si c’est vrai que nos années « caté » c’était pas drôle tous les jours, croyez-moi: çà a énormément évolué. Le progrès quoi qu’on en dise est en marche même dans l’Eglise. Puis comme ailleurs il y a des bons, il y a des… moins bons! C’est comme partout. Ceci dit… j’espère qu’on reste « amie »? )

  • Tellou
    24 février 2009 at 22:21

    Pour préciser ma pensée
    – le sacrement est quelque chose de trop important pour le dévoyer. En l’occurence, dans le cas de cette famille dont on parle, dans un article de journal elle dit que « tant pis si l’enfant n’est pas baptisé à l’église, on fera un baptême à la mairie » !!!!!! Mais dans ces conditions quel est le sens du baptême pour elle? Et là effectivement je soutiens le refus du prêtre!
    – Ceci dit, je crois aussi que si on commence à « trier » les bons pratiquants des « mauvais », ceux qui veulent s’engager en connaissance de cause et les autres, on risque de passer non seulement à c^té de belles choses, mais aussi nous devenons des pharisiens. Or Jésus a accueilli tout le monde à commencer par les plus petits, les moins croyants, les plus pêcheurs…
    – c’est pourquoi, je pense et je suis convaincue qu’il faut absolument mettre l’effort sur l’accompagnement avant les sacrements. Ne pas zapper ce temps de discernement! Souvent mes amis qui se marient voient la préparation au mariage comme un pensum. Ils en ressortent généralement assez contents car ils ont pu confronter leurs opinions, voir qu’elle était leur vocation de couple marié. Mais c’est toujours pareil: nous sommes des hommes et ce sont des êtres humains qui animent ces préparations au mariage, au baptême, au caté et nous ne sommes pas parfaits…des fois nous rebutons plus les gens que nous leur faisons comprendre tout l’amour de Dieu.

  • Florence
    24 février 2009 at 22:21

    Engagement et responsabilité
    Le baptême, ce n’est pas une baguette magique qui efface les péchés. C’est une démarche de foi et Jésus nous a montré le chemin en se faisant baptiser par Jean. Le baptême, c’est d’abord, pour nous pêcheurs, reconnaître notre finitude, notre pêché, notre imperfection, à y plonger au plus profond pour que, par la miséricorde du Père, nous soyons pardonnés. C’est un acte qui demande discernement et responsabilité pour ceux qui le demande pour eux-même ou pour leur enfant trop petit pour décider. Le catéchisme est une préparation, peut-être pas toujours au point, mais indispensable. En tout cas, la préparation, qui doit se faire dans l’accompagnement spirituel, l’est. Nous avons besoin de guide. Vouloir se faire tout seul, c’est de l’orgueil ! Le prêtre est un guide et nous choisissons, en lui demandant de faire baptiser notre enfant, de lui faire confiance et de lui obéir. L’obéissance, ce n’est pas suivre comme un mouton, c’est d’abord entrer dans l’écoute de l’autre et DECIDER (ou pas) de suivre. Dans notre société, nous avons tendance à prendre ce qui nous intéresse et à jeter ce qui ne nous pensons ne pas nous convenir. C’est souvent déroutant de suivre quelqu’un ! Suivre Jésus a dû faire poser beaucoup de questions aux disciples. Faire confiance à Jésus, c’est aussi accepter que sa réponse ne répond pas à mes attentes. Et les réponses passent essentiellement par les autres et notamment le prêtre, les parents, des amis…
    La liberté, ce n’est pas de tout accepter ! La liberté, c’est de se savoir aimer de Dieu tel qu’on est et d’agir en ayant pour objectif de faire sa volonté. La liberté, c’est de croire que Jésus est dans tous les coeurs et qu’Il nous parle par l’Esprit Saint, envoyé à la pentecôte. La liberté, c’est croire Dieu seul suffit, que nous ne sommes rien sans lui. Vouloir que le catéchumène sache à quoi il s’engage est une bonne chose, essentielle même idem pour les fiancés ! Il y a de si belles choses à connaître qui peuvent bouleversés les cœurs et leur faire dire oui en toute liberté ! Peut-on vraiment dire oui à quelque chose dont on ignore tout ou presque. Le rôle du pasteur, du guide, du prêtre, est de veiller à cela, il me semble. En tant que parents, nous veillons à l’éducation de nos enfants en faisant notre part, en faisant confiance à l’école pour le point de vue scolaire et à un prêtre, par exemple, pour le spirituel. C’est notre responsabilité !
    Malheureusement, beaucoup demandent le baptême ou le mariage sans la foi ! C’est la réalité ! Saint Jésus nous dit (Mt 5, 37) « Que votre langage soit : « Oui ? oui », « Non ? non » : ce qu’on dit de plus vient du Mauvais ». C’est cela l’engagement. Et je pense qu’il est très important de le dire même si cela heurte et donne l’impression aux gens de les priver de ce qu’il pensent être leur liberté.
    Chacun doit choisir de s’engager ou pas et est responsable de ce choix. Il n’y a pas de mauvais choix s’il se fait en toute conscience. Et, de toute façon, il est toujours possible de les réajuster.
    Voilà, j’espère n’avoir pas trop bafouillé…
    Que l’Esprit Saint accompagne les prêtre dans leur vocation, leur mission et prions pour eux.
    Prions aussi pour tous ceux qui s’engagent dans le mariage ainsi que pour tous ceux qui s’engagent à « initier » les jeunes et moins jeunes sur le chemin de la foi et du baptême.

  • joachim
    24 février 2009 at 22:21

    L’art de savoir dire « non »
    Je souhaite féliciter les prêtres qui remplissent leur devoir. Le problème vient de certains catholiques non pratiquants qui veulent tous les avantages sans les inconvénients. L’éducation humaine et religieuse d’un enfant (comme d’un adulte)ne peut se passer d’une Loi. La Loi de l’Amour ne vient pas supprimer les lois de toute société (politesse, par exemple) mais les transformer de l’intérieur. Un enfant a besoin de tuteurs. Pour son bien, il a besoin qu’on lui dise parfois « non ». Si les parents sont trop souvent incapables de guider leur enfant sur le bon chemin, ils vont souffrir quand leur cher bambin aura l’âge de l’adolescence. Je les plains grandement. C’est de là que vient la désertification de nos églises. Alors bravo à tous ces prêtres qui ne font que remplir leur devoir d’éducateur de la foi des chrétiens.

  • roxane
    24 février 2009 at 22:21

    salut
    moi je dit surement que apres le bapteme il aseduit un nouveaux comportement car nous devons laissez ce que nous savons fait de mal .
    et nous devons etre les missionnaires du pour annoncé les bonnes nouvelles.et par cela Dieu nous beniras par ce que une foir baptisé tu es nouveaux un etre mai moi je veu vous dit en veritez depuis que je ss baptisé c’est la mes pechés on augmenté et je fait des movaises choses et je veux que vous prie ppour moi svp mon nom ces willfried merci .

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Choose your language

Angel Cake

Le blog spirituel et culinaire d’une fille catho, féministe, qui cuisine, et qui a la bonne idée d’être expat sur la péninsule arabique.

S'abonner au blog...

...pour recevoir les derniers articles dans sa boite mail

Instagram

Instagram
Instagram
Instagram
Instagram
Instagram
Instagram

Me suivre...

Ici aussi…

Translate »