Journée de la femme et monde catho..hum hum, c’est compatible?


Voilà voilà, une autre petite journée de la femme histoire de pointer encore du doigt des inégalités qui persistent… décidément, je ne pouvais pas passer à côter de ça dans ma petite catéchèse impertinente. Eh eh eh (sourire carnassier)

Qu’il y en ait un seul sur ce blog qui me dise que les femmes sont importantes dans l’Eglise parce qu’elles élèvent les mômes dans la foi chrétiennes et entretiennent les églises et il se prend un muffin sur le nez (recette desdits muffins à venir).

Que ce soit clair, et là je m’adresse essentiellement à Benoît, oui, toi, Benoît, 16e du nom, si jamais tu me lis de Rome. Benoît, les femmes peuvent être prêtres, elles peuvent prêcher, elles peuvent tout autant exercer le ministère presbytéral.Je te rappelle qu’en tant que baptisées, elle sont, comme toi, appelées à être prêtre, prophète et roi. Et ne vient pas me dire que les femmes ne peuvent pas prendre de responsabilité dans l’Eglise parce que Jésus a choisi des disciples hommes. Non seulement on peut te démontrer par A+B que c’est théologiquement pas fondé, mais en plus c’était il y a 2000 ans!!! Depuis, au cas où cela t’aurait échappé, les femmes ont évolué (si si, même s’il y a des progrès à faire) et on peut faire autre chose que laver le sol des églises, fleurir l’autel et faire la dadame du catéchisme. Et tu sais quoi Benoît?  Si tu autorisais non seulement les femmes à être prêtre et à se marier, je pense même que ça serait plus efficace pour ton recrutement plutôt que de prier dans le vide pour des vocations.

Sur ce, en attendant très très très patiemment que la place des femmes évolue dans l’Eglise catholique, je retourne cuisiner….

Tellou

Le blog culinaire et spirituel d'une expat au Moyen Orient.

Vous pourriez également apprécier :

6 commentaires

  • Alienor
    8 mars 2008 at 21:26

    Merci pour ce réquisitoire ! Pour moi ce sujet est quelque chose d’important …et le jour où une femme sera ordonnée prêtre, nous aurons vraiment franchi un grand pas !!

  • fr. Adrien
    8 mars 2008 at 21:26

    En fait, j’ai bien envie de me prendre un muffin sur le nez – si je peux le manger après…
    Blague à part, je crois qu’on aurait tort de caricaturer la place des femmes aujourd’hui dans l’Eglise, qui ne se contentent pas de « laver le sol, fleurir l’autel et faire la dadame du catéchisme » (soit dit en passant, sans « dadames » dévouées, je n’aurais pas la foi aujourd’hui…); il y a des théologiennes, il y a des femmes qui font tourner des paroisses, la plupart des laïcs à fortes responsabilités sont des femmes…
    Ce n’est pas assez? Sans doute. Mais je crois qu’il est plutôt contre-productif de dire : « C’est prêtre ou rien ». Dire la messe ne doit pas être perçu comme un position de pouvoir, de prééminence – sans quoi c’est une catastrophe.
    Bonne fin de journée de la femme!

  • claire c
    8 mars 2008 at 21:26

    Va falloir préparer un autre muffin….je fais du caté, je ne sais pas faire les bouquets….et je ne balaye pas l’église, et surtout je n’ai pas envie d’être prêtre…j’aime ma place de laïque…Chaque vocation est différente, je ne me sens pas inférieure car mariée et laïque. A la question comment vais-je choisir d’aimer, j’ai répondu par le mariage, l’amour humain. D’autres feront le choix d’une vie consacrée, ce qui compte c’est de donner, d’aimer, de réaliser ce pourquoi il est fait. Il n’ y a pas de choix facile….

  • Tellou
    8 mars 2008 at 21:26

    Effectivement, la place des femmes dans l’Eglise s’est élargie, c’est vrai…je prépare les muffins et mon mea-culpa. Les raccourcis que j’ai pris sont certes caricaturaux. Mais: ce n’est pas parce que je demande que la fonction presbytérale soit ouverte aux femmes que je pense que cette fonction est supérieure aux autres « fonctions » remplies par les laïcs. Ce que je constate, c’est que même si « Lumen Gentium » a ouvert plus de possibilités pour les laïcs, on leur demande beaucoup pour faire « tourner la baraque ». Et les femmes la font beaucoup tourner cette baraque. Ce que je constate, c’est qu’entre la vocation des laïcs femmes, et le manque de vocation en Europe notamment pour la prêtrise, on devrait entrevoir des possibilités autres. Je ne renie pas ce qui existe déjà, mais oui, j’en veux plus. Surtout je demande de l’honnêteté : qu’on arrête de nous justifier théologiquement des comportements ecclésiaux machistes! Je demande que l’Eglise soit cohérente avec « Lumen Gentium » et avec ses fondements propres: au baptême nous sommes appelés à être Prêtres, Prophètes et Rois, c’est à dire servir la Parole, sans distinction de sexe.

  • cgene
    8 mars 2008 at 21:26

    :-))
    Vraiment, quelle bonne cuisine je trouve ici!!! )
    La place de la femme dans l’Eglise est ce qu’elle est, je pense qu’en ce moment le malaise est ailleurs de toute façon… Je reste convaincue qu’il faut relever nos manches tous, « hommes, femmes, vieux, jeunes, enfants », pour ouvrir Vatican III et renouveler ce qui est ma foi bien vieillissant. Suis-je hérétique si je dis que pour moi le changement de pape serait un des premiers changements à envisager? Un autre homme çà me serait égal pourvu qu’il reprenne le chemin commencé par JPII et qu’il ne nous ramène pas au temps de l’inquisition!

  • denis
    8 mars 2008 at 21:26

    vive les différences !
    Et un muffin de plus ! Je ne partage pas cette façon de poser la question, même si, au fond, je suis d’accord dans la mesure où Marie et Marie Madeleine ont un rôle bien particulier, unique, fondamental. Mère du Christ pour l’une, Apôtre des Apôtres pour l’autre, ce n’est pas rien ! As-tu lu l’Evangile de Marie, de Jean-Yves Leloup ? Cela explique bien des choses sur ce déni porté à la parole de la femme depuis toujours. Alors que le Christ ne cesse de les mettre en avant, de les envoyer, d’en faire des messagères premières, des témoins, parfois dans la souffrance, mais toujours avec ce qui les caractérise de force et fragilité, d’authenticité, d’interiorité splendide.
    Et je note comme toi que ce rôle de la femme, essentiel, primordial, n’est pas vécu dans l’Eglise, et qu’il y a un ministère immense qui est à reconnaître aux femmes. La maternité vaut bien la paternité, non? Elle la dépasse même, je crois. Recevoir certains sacrement des mains d’une femme me semblerait très signifiant. Le baptème, notamment, la réconciliation ou le sacrement des malades (encore que ce soit plus compliqué que ça, en terme d’image, pour des personnes qui s’arrêtent aux apparences ou à une lecture primaire de l’Ecriture. Mais je connais beaucoup de gens qui me disent « je ne veux pas me confesser avec tel prêtre; alors, où est le problème ?). je regrette que les théologiens, ecclesiologues et autres savantologues, nos édilologues de l’Eglise, prennent justement eux aussi cette Parole au premier degré. Prêtre « in persona Christi » serait il impossible pour une femme ? En tout état de cause, que les femmes ne soient mêmes pas admises au diaconat, que les femmes de diacres, qui ont le même ministère de fait, ne soit que « femmes de diacre », cela me semble révoltant, alors que les premiers temps de l’Eglise ne se posaient pas plus cette question que de l’ordination d’Evêques mariés qui lui semblait naturelle .
    Cela dit, je trouve très beau que les rôles ne soient pas les mêmes pour les femmes et les hommes. Gommer les différences pour établir une équivalence me semble diabolique: distinguer permet de réunir, confondre divise. Mais que les hommes fassent tout ce qui est public, pendant que les femmes font le ménage, c’est une si mauvaise caricature de ce qui s’est fait si longtemps dans la société civile !
    C’est une chose à réfléchir en profondeur. Mais l’Eglise a toujours été un peu longue sur bien des sujets (Galilée, le créationisme, la laïcité, prêtres ouvriers, j’en passe), n’acceptant de se réorienter que lorsque sa position devenait tellement intenable qu’elle en était ridicule même pour les chrétiens les plus engagés. Pour les femmes, je crains que beaucoup d’eau ne passe sous les ponts avant que la situation change, malheureusement.
    Continue ton combat, non pas « contre » Benoît ou autre chose, mais « pour » !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Choose your language

Angel Cake

Le blog spirituel et culinaire d’une fille catho, féministe, qui cuisine, et qui a la bonne idée d’être expat sur la péninsule arabique.

S'abonner au blog...

...pour recevoir les derniers articles dans sa boite mail

Instagram

Instagram
Instagram
Instagram
Instagram
Instagram
Instagram

Me suivre...

Ici aussi…

Translate »