« La Bible c’est violent » (et les religions avec…)


religions violentes

Juges 5,3131 Que périssent ainsi tous tes ennemis, Seigneur, mais que tes amis soient comme le soleil quand il s’élance dans sa force ! »

Quand on est croyant, il n’est pas rare de lire ou d’entendre des énormités sur les religions, digne des meilleurs cafés du commerce. C’est donc très modestement que je vais tenter dans ces pages bloguesques de dézinguer certains de ces mythes à la con (appelons un chat, un « chat »). Aujourd’hui, je m’attaque (c’est le cas de le dire…) à du lourd : « La Bible est violente ».

Avant de commencer et a toutes fins utiles, je rappelle ici, comme je l’avais déjà mentionné, que mes propos sont matière à discussion et réflexion et ne veulent choquer personne (ou alors dans le bon sens…), et que normalement ils sont raccords avec la Tradition catholique et théologiquement corrects. Les commentaires vous sont ouverts pour les commentaires et les ajouts…

 

A l’heure où  le terrorisme à motivation religieuse aurait tendance à encore raviver le spectre du « les religions sont intrinsèquement violentes » je voudrais juste répondre très brièvement à ceux qui (me) disent « toutes les religions enseignent la violence. Y compris chez les chrétiens. La Bible est violente, d’ailleurs il y a des passages où Dieu prend les armes.. » etc… Il n’y a qu’à regarder le « massacre » de la fuite d’Égypte avec les plaies et la mer qui se referme sur les chars de Pharaon. On a clairement des passages plus sereins dans la Bible (ahhhh l’Eden ou l’homme ne vivait que d’amour et d’eau fraiche…)

 

Psaume 23, 8

08 Qui est ce roi de gloire ? + C’est le Seigneur, le fort, le vaillant, le Seigneur, le vaillant des combats.

 

Alors je ne vais pas parler ici des autres religions (que je ne connais pas suffisamment bien…), et  loin de moi l’idée de montrer que la religion chrétienne serait mieux que les autres. Je veux juste discuter ce « mythe » en commençant par dire d’ailleurs que je suis en partie d’accord avec ces personnes. Oui, la Bible a des passages où Dieu se révèle violent.

 

Mais ce sont des passages et pas tout un livre : il faut relativiser donc quantitativement. Il y a bien plus de passages dans la Bible qui parlent d’amour et de miséricorde que de meurtre, de guerre et de violence.

Ensuite, il faut garder en tête que la Bible n’est pas parole divine au sens ou le texte n’a pas été écrit ou dicté par Dieu. C’est un livre rédigé par des hommes qui racontent leur expérience de Dieu à travers leurs « aventures ». Il y a un biais humain dans l’écriture.

Juges 5, 20

20 Du haut des cieux, les étoiles ont combattu ; depuis leurs sentiers, elles ont combattu Sissera.

21 Le torrent de Qishone les a balayés, le torrent d’autrefois, le torrent de Qishone. Avance hardiment, ô mon âme !

22 Alors les sabots des chevaux ont martelé le sol. Ils galopent, ses coursiers, ils galopent !

23 Maudissez Méroz, dit l’ange du Seigneur ! Maudissez, maudissez ses habitants : ils ne sont pas venus au secours du Seigneur, au secours du Seigneur, contre les héros.

 

Enfin et surtout la lecture de la Bible, dans ses passages violents comme dans ses autres passages ne saurait se faire sans mettre en perspective les textes. Perspectives historiques, anthropologiques et littéraires, entre autres.  Et la Bible ne se lit pas à la lettre (et ca, j’aimerai bien l’écrire en police 50 et super gras). Il y a toujours un travail d’interprétation et de discernement à avoir.

En ce qui concerne plus particulièrement les textes violents, ils peuvent et doivent être mis en contexte. Par exemple, Thomas Römer  a montré comment la plupart des récits de guerre ont été rédigés au VIIe av JC dans un royaume de Juda qui luttait contre l’impérialisme assyrien. En face du tout petit état de Juda, il y avait un mastodonte culturel (avec ses dieux, ses rites) et national assyrien. Quand vous êtes tout petit, et que vous avez en face de vous un grand, vous avez tendance à développer un fort nationalisme pour protéger votre droit d’habiter ce sol. Et ceci se reflète dans la Bible par des textes musclés ou un Dieu guerrier va donner de la voix en face des autres dieux. Cette représentation de Dieu va se retrouver dans le livre de Josué mais aussi le chapitre 14 de l’exode et le fameux « miracle de la mer ».

 

Il est à noter aussi que si Dieu est violent dans l’Ancien Testament ce n’est pas a dessein d’expansion ou de « guerre sainte » mais de défense d’Israël quand ce dernier est menacé. Cela ne justifie pas la violence, mais veut juste montrer qu’elle est défensive plus qu’offensive.

 

Enfin, la Bible est aussi le reflet des hommes créés à l’image de Dieu. Parler de Dieu, mettre en scène Dieu dans des actions violentes, c’est aussi penser la violence humaine, notre propre violence.

Bref, on ne le répétera jamais assez, mais la lecture de la Bible, même et surtout dans ses passages violents, ne peut se faire sans intelligence de la foi (ou intelligence tout court..) qui passe d’une part par une remise en contexte d’une part, et d’autre part par une interprétation contemporaine (comment le texte me parle à moi, aujourd’hui).

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Tellou

Le blog culinaire et spirituel d'une expat au Moyen Orient.

Vous pourriez également apprécier :

2 commentaires

  • ISCA
    27 avril 2016 at 12:45

    Les évangélistes ont été inspirés par Dieu. Il suffit de regarder la tableau du Caravage pour le comprendre parfaitement : Saint Matthieu rédige son évangile sous la dictée d’un ange. Si l’on doit toujours replacer les écrits dans leur contexte et les interpréter pour qu’ils résonnent en nous, pour qu’ils aient du sens, on ne peut pas aller jusqu’à dire que la Bible n’est pas parole divine. En termes de violence, il faut distinguer le Premier et le Nouveau Testament. Le Premier fait appel à la pédagogie divine, avec sa part de violence. Avec l’Incarnation, c’est la miséricorde qui prédomine et le message devient amour, pardon, espérance. Pour conclure, le christianisme n’est pas une religion du Livre, c’est celle d’une relation d’amour.

    • Tellou
      Tellou
      2 mai 2016 at 10:44

      Oui tu as tout a fait raison et tu as le bon mot:  » inspire ». C’est ce qui fait toute la différence et fait que l’on lit la Bible en y écoutant Dieu, mais pas en la prenant a la lettre. Nous croyons que c’est l’Esprit de Dieu qui a anime les auteurs et c’est bien pour cela que ces écrits font partie du canon des Ecritures (et pas d’autres plus farfelus…). C’est vrai que le Premier Testament est plus violent, et pourtant, les écrits contrastent fondamentalement avec les croyances des autres peuples de la région a la même époque. Et les Hebreux ont des le départ montre un Dieu infiniment plus proche et plus aimant que les baals ou les dieux mythiques… Tellement de points qui ne justifient pas la violence chez les chretiens…Merci de ton passage et de ton commentaire!

Laisser un commentaire

Angel Cake

Le blog culinaire et spirituel d’une expat au Moyen-Orient.

S'abonner au blog...

...pour recevoir les derniers articles dans sa boite mail

Choose your language

Instagram

  • Feels good to be back homeIts not that I donthellip
  • Sweet ohhh sweet briocheauxpralines I have 2 weeks in fronthellip
  • Quand un peu de posie sinvite le long de lahellip
  • Dove sono? Milano!!! vacances holidays unweekendenamoureux escapade expatlife italie italiahellip
  • A marvelous once in a lifetime experience Amazing Such perfectionhellip
  • St Dominique  S Maria delle Grazie Feels like homehellip

Me suivre...

Ici aussi…

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez Tellou sur Hellocoton