Matthieu débarque: dégagez les frimeurs!


 

 


Aujourd’hui, mon lectionnaire me ressert le texte du Mercredi
des Cendres : Mt 6,1-6,16-18. Il est un peu long alors je ne vous le mets
pas aujourd’hui. Je suis un peu feignasse des fois.


En gros, le pitch est le suivant : quand tu donnes l’aumône,
c’est la peine d’y aller avec fanfare et majorettes pour que tout le monde voie
bien que tu donnes. Quand tu pries, c’est pas la peine de te la jouer King of
ze world de la prière en te montrant partout en train de prier ou utiliser un
mégaphone. Last but not least, quand tu jeûnes, ne tire pas une tronche de
trois pieds de long histoire de montrer à quel point tu souffres de jeûner
mais qu’en fait tu adores ça puisque tu vas gagner des points pour le Paradis.

Que nenni mes amis ! Matthieu s’en prend un chouïa à
ses contemporains qui jouaient un peu les kakous : et vas-y regarde-moi
comme je prie bien, et regarde moi combien je donne, et regarde moi comment je
jeûne. La frime on la laisse à d’autres, à ceux qui veulent leur Rolex avant 50
ans.

Pourquoi c’est nul de jouer à la cagole catho ? Parce
que c’est pas comme ça que t’as tes points pour le paradis….d’autant plus que
je me tues à répéter sur ce blog que les points pour le Paradis ça n’existe
pas. C’est pas en cochant les cases « je prie tous les jours comme il faut »,
« je m’occupe des pôôôvres comme il faut » que l’on gagne des points
pour le Paradis. Rappelons que le paradis c’est ici (pourquoi j’ai cette
chanson de Jean-Louis Aubert en tête ?..hummm sur toutes les plaaaaaages
du mooonde..). Je veux dire par là, que les Béatitudes c’est à nous de les
mettre en œuvre, avec le coup de main de Dieu et de son éternelle accolyte le
Saint Esprit.


Quant au paradis dans l’au-delà, on y aura tous accès, c’est
gagné d’avance si on dit simplement « oui » à Dieu.

Mais, et c’est là que l’on rejoint le « Kakous, No
pasaran ! » de Matthieu : on dit oui à Dieu de manière humble,
dans le silence, bref en étant juste lui et nous. Pas besoin de témoin, pas
besoin d’esbroufe ni de mise en seine. On se présente entier, nu, et c’est là
que le dialogue peut vraiment commencer. Dieu se rencontre dans l’intimité de
soi.  C’est là que l’on est plus réceptif
aussi. Il faut se dépouiller de toutes nos armures ou nos beaux emballages que
l’on montre généralement aux autres pour se tourner vers Dieu. Car pour entrer
en partage avec lui, c’est dans l’honnêteté et la vérité qu’on le fait.

Tellou

Le blog culinaire et spirituel d'une expat au Moyen Orient.

Vous pourriez également apprécier :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Choose your language

Angel Cake

Le blog spirituel et culinaire d’une fille catho, féministe, qui cuisine, et qui a la bonne idée d’être expat sur la péninsule arabique.

S'abonner au blog...

...pour recevoir les derniers articles dans sa boite mail

Instagram

Instagram
Instagram
Instagram
Instagram
Instagram
Instagram

Me suivre...

Ici aussi…

Vos commentaires

Translate »