Risotto au potimarron et coppa


En commençant ce billet je tenais particulièrement à remercier M Delanoë, maire de Paris, qui a eu la bonne idée de suivre cette bonne ville de Lyon et introduire le vélo en libre-service. Ahhhh le Vélib….pédaler allègrement à travers la capitale…regarder les couleurs matinales sur la Seine, la Conciergerie et Notre Dame…Dévaler au petit matin la rue du Faubourg St Honoré en regardant (aux feux rouges of course, sécurité oblige), les vitrines des magasins de luxe. Puis-je d’ailleurs suggérer aux bijoutiers et notamment Chopard (feux rouge vers la place Vendôme) de mettre les bijoux en vitrine plus tôt le matin et mettre aussi en avant les grosses pièces visibles de la rue? Merci d’avance. Le Vélib c’est aussi la satisfaction toute féminine de se dire qu’à chaque coup de pédale, hop, une cellule graisseuse localisée dans la partie fessiers-cuisses s’envole. Un coup de pédale « pars cellulite! », un coup de pédale « vade retro fesses molles » etc…

C’est donc dans ce joyeux état d’esprit que je rentrais du bureau en pédalant allègrement ce soir. C’était sans compter sur les vestiges de l’ignoble M Haussmann qui, dans ses plans architecturaux de la capitale, a certes créé de grands boulevards où nous circulons tous dans une grande fraternité (ironie), mais a oublié de terrasser les boulevards! Si à l’aller, je « dévale » les rues, il faut que le soir au retour je les remonte!!! Et mon Dieu que le boulevard Haussmann est pentu!!! Alors que j’étais en train d’exterminer quelques cellules peau d’orangesques, je me suis dis que, quand même, pour la peine, ce soir je pouvais bien me faire un bon petit plat… Hummm, à base de quoi déjà? Ah bien oui! De potimarron bien sûr (Il m’en reste encore 3!…) L’envie d’un risotto me tenaillant l’estomac, j’ai fini victorieusement par vaincre la dernière côte, rattacher Mister Vélib à son plot et direction la cuisine.

L’avantage d’un risotto c’est que finalement c’est d’une très grande simplicité et ça prend 20mn, 30 à tout casser à préparer. Inconvénient du risotto: il faut le surveiller comme le lait sur le feu. Pas grave, 20mn c’est le temps moyen de discussion du coup de fil hebdomadaire à ma môman. Une main au téléphone, et de l’autre on touille.

La recette a été inspirée du très très très bel ouvrage « La nonna, la cucina, la vita » de Larissa Bertonasco

Que des recettes italiennes basiques mais avec leur je-ne-sais-quoi d’originalité. Et puis j’adore le graphisme du livre, moitié livre de recettes, moitié roman et moitié album BD (euh…ça fait 3 moitiés là…). Bref, c’est la recette du risotto à la courge et au gorgonzola adaptée…
Le résultat est visuellement très chouette, orangé avec les pointes de rouge de la coppa. Quant au goût, mama mia, il fond dans la bouche! Par contre il faut bien mettre des petits bouts de potiron: s’ils sont trop gros, ils ont plus de mal à cuire et restent farineux.

RISOTTO AU POTIMARRON ET COPPA

Pour 3-4 personne

1 échalote
un peu d’huile d’olive
150g de potimarron
150g de riz pour risotto
50g de coppa (environ deux tranches par personne)
75ml de vin blanc
75cl de bouillon de légumes ou de volaille
20g de parmesan
sel, poivre, noix de muscade

Dans une sauteuse, faire revenir l’échalote émincée dans de l’huile d’olive chaude. Ajouter le potimarron coupé en petits dés et cuire quelques minutes à l’étouffée. Assaisonner avec poivre, sel et noix de muscade râpée.
Ajouter le riz et laisser revenir un instant. Déglacer au vin blanc et laisser évaporer le liquide puis ajouter petit à petit le bouillon, en remuant tout le temps et en attendant à chaque fois que le riz ait bien absorbé le liquide. Le riz doit être moelleux, mais al dente.
Retirer du feu et mettre le parmesan en copeaux. Le laisser fondre. Parsemer de coppa coupée en petits bouts et servir immédiatement.

Bon appétit!

RISOTTO_AU_POTIMARRON_ET_COPPA

Tellou

Le blog culinaire et spirituel d'une expat au Moyen Orient.

Vous pourriez également apprécier :

Un commentaire

  • GOB
    15 novembre 2007 at 04:10

    Miam miam, il donne faim ton risotto, et il a l’air super facile a faire en plus Bon, j’ai plus qu’a trouver comment on dit Potimarron en grand-breton, ou acheter du vin blanc et de la muscade, et ca sera bon ….
    Ah lala, la vie canadienne est difficile pour un expatrié (très) gourmant

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Choose your language

Angel Cake

Le blog spirituel et culinaire d’une fille catho, féministe, qui cuisine, et qui a la bonne idée d’être expat sur la péninsule arabique.

S'abonner au blog...

...pour recevoir les derniers articles dans sa boite mail

Instagram

Instagram
Instagram
Instagram
Instagram
Instagram
Instagram

Me suivre...

Ici aussi…

Translate »