Aie confiance….


 

Jn 16, 29-33 « A l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il parlait à ses disciples. Ceux-ci lui disent alors : « Voici que tu parles ouvertement, sans employer de paraboles.
Maintenant nous savons que tu sais toutes choses, et qu’il n’y a pas besoin de t’interroger : voilà pourquoi nous croyons que tu es venu de Dieu. »
Jésus leur répondit : « C’est maintenant que vous croyez ! L’heure vient – et même elle est venue – où vous serez dispersés chacun de son côté, et vous me laisserez seul ; pourtant je ne suis pas seul, puisque le Père est avec moi. Je vous ai dit tout cela pour que vous trouviez en moi la paix. Dans le monde, vous trouverez la détresse, mais ayez confiance : moi, je suis vainqueur du monde. »

 

Je dois avouer que, souvent, je suis complètement ce disciple qui dit à Jésus : « Abrège tu veux ? » ou « T’es pas en train de nous raconter des salades là », voir comme ici : «  t’étais obligé de nous faire mariner des années avant de nous dire que tu étais fils de Dieu etc ? Si tu nous avais dit ça tout de suite, hop, l’affaire serait pliée, et on aurait la foi ! »

Oui mais voilà, la foi, c’est pas hop, vas-y que je te gave le cerveau avec de la théorie ou des belles pensées (encore que, mes restes d’années de caté ont malheureusement cette amertume), mais plutôt, un va et vient de questionnements, de doutes, d’avancées. Et effectivement je ne suis pas certaine que si l’on nous disait une chose, une seule fois, d’une seule manière, on comprendrait tout de suite et l’on intègrerait. Un peu comme quand un prof de math une année avait tenté de me faire apprendre et comprendre la  «  moyenne » (pondérée, arithmétique, la médiane etc…. ». Ce n’est qu’un an plus tard, avec un autre prof que j’ai compris…et aujourd’hui je serai incapable d’en calculer une.  

La foi et la connaissance de Dieu sont un peu dans le même cas : des fois on comprend, des fois c’est le trou noir (Mère Teresa et St Jean de la Croix ont eu de sacrés trous noirs !). Ces fois où on laisse Jésus tout seul, où l’on ne s’y retrouve plus. Et pourtant, si l’on revient à l’essentiel (Dieu nous aime, Dieu est avec nous et Jésus nous montre le chemin), alors on peut avancer ; en paix, et la colporter. Car c’est là le dessein qui nous a été donné lors de l’Ascension : à nous de faire relais de cette paix divine. Et Jésus nous dit ici qu’il sait très bien que cela n’est pas gagné d’avance : la détresse dans le monde, il y en a ! Et il y a des jours où c’est à baisser les bras. Mais ce que j’aime dans ce passage c’est son « ayez confiance ». Alors non, on ne parle pas ici du « ai confiance » chanté par Kaa le serpent du Livre de la Jungle, une confiance hypnotique où l’on suivrai bêtement des préceptes afin d’avoir la paix. Dans tous les sens du terme. Je vois ici plutôt une intime conviction que non seulement Dieu apporte la paix, mais que nous sommes aussi les ouvriers de cette paix. Notre démarche est libre et volontaire. Nous avons la liberté de nous tourner vers Dieu pour connaitre cette paix, mais aussi la liberté de trouver les moyens de la mettre en oeuvre. Si nous croyons et avons confiance alors nous serons guidés sereinement dans ce que nous entreprenons.

Tellou

Le blog culinaire et spirituel d'une expat au Moyen Orient.

Vous pourriez également apprécier :

Un commentaire

  • maudub
    13 juin 2011 at 13:58

    Patience et longueur de temps
    Bien sur..Angel Cake..la confiance et l’espérance doivent surnager à tout.. Mais il faut une vie entière pour construire une spiritualité…
    Un parcours spirituel
    *
    Comment ça peut débuter
    *
    Pourquoi Toi.. ? Lui.. ? Moi … ?
    Quelques individus, dont les gênes sont apparemment programmés dés leur arrivée sur terre, constatent un jour, en abordant les rivages de la vieillesse, que leurs parcours physiques, familiaux, professionnels, touristiques, maladifs, amoureux, éducatifs, religieux, hygiéniques, sportifs, n’ont été qu’une longue quête, parsemées d’expériences de toutes sortes, vers un approfondissement spirituel extraordinaire, ou leur volonté propre n’a rien à voir….
    Souvent c’est la rencontre inopinée d’un homme ou d’une femme, comme ça, sans préparation préalable, et on entend prononcer des mots qui vous pénètrent profondément et éclairent toute une partie de votre vie…. Une autre fois , c’est une maladie qui vous cloue au repos pendant une assez longue période, et qui vous met dans l’incapacité d’agir ou de travailler, et l’on se retrouve pauvre et nu comme si l’on venait de naître, car l’après -maladie ne sera pas comme avant, il faudra revoir toutes ses options environnementales et toute son hygiène de vie…. Souvent , c’est la découverte de panoramas ou de sites extraordinaires, comme si la nature, partie intégrante de la Création, vous ouvrait les yeux sur la beauté extatique des montagnes, des océans, des fleuves, et là ; tout prés de nous une fleur, un fruit, une herbe, un grain de sable…. Il y a aussi, ce n’est pas paradoxal, une discussion ouverte avec un religieux ou une religieuse de n’importe quelle obédience ou confession, une discussion à l’emporte pièces, mais calmement, ou l’on découvre quelque fois des trésors de générosité et des professions de foi extraordinaires, quelquefois aussi des gouffres caverneux de misères spirituelles ou d’imprécations venimeuses…. Il y a aussi, c’est peut-être la source la plus mystérieuse mais la plus exaltante, de se trouver dans un lieu hautement parcouru de vibrations telluriques qui agit sur votre être de mille façons, votre corps se trouve pris dans des ondes qui vous tirent vers le ciel, presque en lévitation, votre respiration semble s’être arrêtée, le cœur bat à l’extrême ralenti, souvent vos jambes se plient d’elles mêmes et vous amènent en génuflexion adoratoire, votre esprit est totalement imprégné de l’esprit du lieu, en fait , vous ne faites plus qu’un avec votre environnement, il n’y a plus aucune frontière entre l’animal que vous êtes, le végétal et le minéral qui vous entoure…. Dans le dernier cas de figure, il n’y a qu’une marge très faible entre cet état provoqué par une configuration extraordinaire des lignes de forces universelles et l’état qualifié d’extase… vous n’êtes plus rien et en même temps vous faites corps avec tout l’univers… Vous ne savez plus rien de ce que peuvent prétendre savoir les hommes, toute la science en somme, et en même temps vous savez tout, vous savez que votre entité globale est éternelle et ne disparaîtra jamais… Une vision extraordinairement lumineuse de la transcendance universelle efface en vous toute relation avec ce que l’on appelle sur la terre , la mort… La perte momentanée , mais totale de toute vos facultés physiques ne vous effraie absolument pas, car vous appartenez alors à l’univers entier et naviguez dans une contemplation qui pourrait s’appeler une Transfiguration intersidérale….

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Choose your language

Angel Cake

Le blog spirituel et culinaire d’une fille catho, féministe, qui cuisine, et qui a la bonne idée d’être expat sur la péninsule arabique.

S'abonner au blog...

...pour recevoir les derniers articles dans sa boite mail

Instagram

Instagram
Instagram
Instagram
Instagram
Instagram
Instagram

Me suivre...

Ici aussi…

Translate »