La nuit de feu d’Eric Emmanuel Schmidt


Dans la série des lectures spi pas trop barbantes, je viens de terminer de lire « La nuit de feu » d’Eric Emmanuel Schmidt et j’ai été assez séduite par son livre. Moi qui avais eu une indigestion avec ces opus précédents « Elixir d’amour » et « poison d’amour », j’ai eu beaucoup moins de crampes d’estomac. Que l’on ne se méprenne pas : j’aime beaucoup EES et certains de ses opus, notamment la trilogie sur les religions. Mais au bout d’un moment, j’ai l’impression de toujours lire la même chose, enrobée de plus en plus de barbe à papa dégoulinante de bons sentiments. Dans cet ouvrage, l’on retrouve bien sur le style poétique d’EES, mais de manière plus intimiste cette fois-ci.

Bref, dans « La nuit de Feu », EES dévoile l’expérience mystique qu’il a vécue il y a 25 ans sur le mont Tahat en Algérie. Le livre passe beaucoup de temps finalement sur la mise en condition, le voyage dans le désert. Au départ, il n’était parti pour ce trek que pour trouver des éléments pour rédiger le script d’un film sur Charles de Foucault. Et puis, un jour lors de cette randonnée, il se perd à la descente du Mont Tahat, fini seul éloigné de ses camarades et passe la nuit dehors. Nuit au cours de laquelle il a cette révélation. Le chapitre dédié à cette révélation est délicat. L’on perçoit bien qu’il a envie de décrire toute l’intensité de ce moment, mais tous les mots, même méticuleusement choisis, ne rendent pas compte de cette réalité.

Les réticences d’aujourd’hui à livrer son expérience sont encore les réticences d’il y a 25 ans. Ecrire ce livre c’est partager avec le lecteur ce qui l’a touche il y a 25 ans. C’est aussi se mettre a nu devant le jeune homme qu’il était, et tous ceux qui étaient et sont comme lui : athées, bouffeurs de curés, scientifiques qui pensent que tout s’oppose a la religion, mais aussi les cathos « un peu barrés ». Comment le rationnel peut il accueillir une manifestation qui le l’est pas ?

D’un côté, ce livre m’a frustrée. D’un part, parce qu’admettons-le, je suis jalouse : c’est à un athée que Dieu se révèle dans une super expérience, alors que toi qui a une pauvre foi laborieuse depuis des années, tu aimerais bien, ne serait-ce que le dixième d’un signe de Dieu. (Ouvriers de la 11e heure, bonjour !) Frustrée aussi par le manque de spiritualité du livre. Il parle de Charles de Foucault et de cette prière « je m’abandonne à toi », mais plus rien. Les ¾ du livre sont à propos de son trek, mais une fois l’expérience mystique décrite, l’on a plus grand-chose à se mettre sous la dent. J’aurais bien aimé un ou deux chapitres de plus là-dessus, sur ce qui s’est passé quand il est rentré d’Algérie, sur comment il a vécu sa nouvelle foi, sur les questions qui se sont posées etc…Bref, ça manque presque de profondeur, mais je peux comprendre que même EES ait du mal à trouver les mots pour décrire l’insondable.

Mais ce livre m’a aussi plu parce que je trouve bien (chapeau bas !) qu’un homme connu, reconnu, puisse braver la chape laïcardo-honteuse qui pèse en France sur toute personne qui affirme avoir la foi en Dieu. Je trouve bien qu’il essaye de mettre en mots ce que l’on peut ressentir. Bref, un livre intéressant et sympa

Rendez-vous sur Hellocoton !
Tellou

Le blog culinaire et spirituel d'une expat au Moyen Orient.

Vous pourriez également apprécier :

2 commentaires

  • Brigitte
    18 décembre 2015 at 16:56

    Je suis tout à fait d’accord avec ton commentaire. J’ai bien aimé ce livre dans tous les aspects que tu soulignes.
    Par contre, je ne pense pas qu’il faille être jalouse de cette « illumination » car rien ne prouve que c’est un Dieu qui en est à l’origine. C’est peut-être son mental ou son physique qui ont déclenché cette nuit de feu et il l’a expliqué par une foi nouvelle. Mais c’est vrai que c’est peut-être plus facile et moins laborieux qu’une quête quotidienne de la foi. D’ailleurs, EES n’est pas certain de sa foi et doute encore (ce qui est bien!). Merci pour ce conseil de lecture.

  • Brigitte
    18 décembre 2015 at 16:56

    Je suis tout à fait d’accord avec ton commentaire. J’ai bien aimé ce livre dans tous les aspects que tu soulignes.
    Par contre, je ne pense pas qu’il faille être jalouse de cette « illumination » car rien ne prouve que c’est un Dieu qui en est à l’origine. C’est peut-être son mental ou son physique qui ont déclenché cette nuit de feu et il l’a expliqué par une foi nouvelle. Mais c’est vrai que c’est peut-être plus facile et moins laborieux qu’une quête quotidienne de la foi. D’ailleurs, EES n’est pas certain de sa foi et doute encore (ce qui est bien!). Merci pour ce conseil de lecture.

Laisser un commentaire

Angel Cake

Le blog culinaire et spirituel d’une expat au Moyen-Orient.

S'abonner au blog...

...pour recevoir les derniers articles dans sa boite mail

Choose your language

Instagram

  • vismaviedexpat 4 semaines de vacances de retour au pays 7hellip
  • vacances
  • Quand les jardins embaument la rosevacances vacancesenfrance douelafontaine doueenanjou anjouhellip
  • Tristesse et nostalgie devant les commerces qui se ferment Joiehellip
  • Back home Holidays are over but Im happy to behellip
  • Take a first step into the Arabian Gulf! shore khalijihellip

Me suivre...

Ici aussi…

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez Tellou sur Hellocoton