Un catholique ne saurait manquer de gaité (Pier Giogio Frassati)


Et ça chahute, et ça se renvoie la balle, et ça se corrige fraternellement et in fine, ça déprime sérieux chez les cathos. Et les autres aussi d’ailleurs. Entre des journalistes et une société qui veut absolument démontrer que la catholicité est vraiment ringarde et à côté de la plaque, et qui n’écoute pas/plus ce que l’on peut dire; et certains cathos qui s’enfoncent dans un traditionnalisme frileux et des positions indéboulonnables qui ne font qu’abreuver les certitudes des premiers, c’est assez déprimant.

Et bien non. Je ne cèderai pas au pessimisme ambiant. Et oui, j’ose affirmer sur ce blog que l’on peut être catho, bien ancrée dans une vie moderne et que l’on peut être constitué de telle manière que les clichés manquent d’adhésivité sur moi et n’adhèrent pas. J’ose affirmer aussi que nous sommes beaucoup dans ce cas, mais que peut-être nous faisons moins de bruit que d’autres. J’ose aussi affirmer qu’être catho c’est ETRE avant tout. 24h/24, 7jours/7. Je le dis souvent sur ces pages virtuelles, mais la foi ce n’est pas la religion. L’Evangile n’est pas seulement à annoncer à grands coups de dogmes assenés par voie médiatique, elle se vit d’abord. Et elle ne se vit pas dans la tristesse.
On oublie « les bigooooooottes » de Brel. Par contre, à la place de mon texte hebdomadaire de Carême, je vous propose aujourd’hui cette petite phrase de Pier Giorgio Frassati, jeune italien des années 20, laïc, engagé dans l’Eglise, malheureusement parti trop tôt à 24 ans, emporté par une polyomélite foudroyante.

A nous, il n’est pas permis de vivoter. Un catholique ne saurait manquer de gaité; la tristesse doit être bannie. C’est une maladie, la pire de toutes ».

Tellou

Le blog culinaire et spirituel d'une expat au Moyen Orient.

Vous pourriez également apprécier :

3 commentaires

  • CoinCoin
    24 mars 2009 at 10:39

    Merci, ton billet fait du bien !

  • Marc
    24 mars 2009 at 10:39

    Bien d’accord
    A fond d’accord avec toi, moi aussi j’ai hâte de sortir de cette période de turbulence, qui n’est pas complètement inutile ni injustifié, mais fatigante.

  • marie
    24 mars 2009 at 10:39

    Révisons nos fondamentaux …
    Saint Thomas d’Aquin, le sérieux théologien qu’on ne pourra jamais accuser de parler à la légère, à la non moins sérieuse époque que fut le Moyen Âge, saint Thomas d’Aquin, dis-je, considérait comme des pécheurs «ceux qui refusent la joie, ne disent jamais de drôleries et rebutent ceux qui en disent parce qu’ils n’acceptent pas les jeux modérés des autres. Il faut les considérer comme vicieux et les juger pénibles et mal élevés.» Et vlan! le pavé dans la mare de la morosité et du pessimisme.
    Pris sur : http://www.spiritualite2000.com/page-2103-Billet.php
    L’humour, c’est sérieux
    Comme dit Sempé :
    «Dieu a le sens de l’humour. Ce sont simplement les occasions de sourire qui lui manquent.»
    Ceci dit, si elles manquent , il faut les provoquer !
    Joyeuse fin de Carême et énorme joie pascale

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Choose your language

Angel Cake

Le blog spirituel et culinaire d’une fille catho, féministe, qui cuisine, et qui a la bonne idée d’être expat sur la péninsule arabique.

S'abonner au blog...

...pour recevoir les derniers articles dans sa boite mail

Instagram

Instagram
Instagram
Instagram
Instagram
Instagram
Instagram

Me suivre...

Ici aussi…

Translate »